Une adresse net et un pseudo
Elle se connecte incognito
De lui elle ne connaît en somme
Que son goût de brouiller la donne.
Sans tabou ni ambigüité
Elle lui confie tous ses secrets
Il lui écrit des mots plaisirs
Elle lui décrit tous ses désirs

Elle Mélusine lui Lucifer
Ils imaginent des jeux d’enfer
Il lui dit « vous » l’appelle Madame
Elle répond « Tu joues de ton charme »
Ecrivons-nous ou maillez-moi
Décrivez-vous de haut en bas
De vous à moi j’suis folle de vous
De toi à moi j’raffole de nous

Tous ces jeux faciles
Et les mots qui invitent
Laisse-le faire…
Laisse-toi faire…
Ses visites t’incitent
Aux plaisirs dociles
Laisse-le faire…
Laisse-toi faire…

Entre deux lignes de caresses
Qu’elle parcourt incandescente
Il la provoque avec adresse
Elle lui dit « Viens si ça te chante »
Alors elle trouble de son index
Promesses de langues déliées,
Qu’elle dépose comme un kleenex
Dans le dossier des « envoyés »…

Tous ces jeux subtils
Et les mots qui incitent
Laisse-le faire…
Laisse-toi faire…
Ses visites t’invitent
Aux accords tacites
Laisse-le faire…
Laisse-toi faire…

Ses visites t’incitent
Aux plaisirs dociles
Tous ces jeux subtils
Et les mots qui invitent

Des jeux illicites
Aux règles implicites…
Laisse-le faire…
Laisse-toi faire…
Tous ces jeux faciles
Et les mots qui invitent
Laisse-le faire…
Laisse-toi faire…

Des jeux illicites
Aux règles implicites
Laisse-le faire…
Pourquoi faire ?
Pourquoi faire ?
Pourquoi faire ?