Dans mes nuits
Y’ a des jambes délicates
Qui défilent
En robes écarlates                             
Elles sont là elles agitent
Des volants ibériques
Ces filles d’Aphrodite
Dans des rondes magiques
 
Dans mes rêves
Y’a des femmes aux yeux verts
Qui relèvent
Du doigt leur voile chair                        
Elles m’emmènent inhumaines
Mes belles carmélites
Et je les suis sans peine
Dans un monde onirique
 
            Elles me consolent sole
            D’une vie sans idole
            Et je convole vole                        
            Avec mes idées folles
            Elles me consolent sole
            D’une vie sans atoll
            D’une vie trop près du sol
            Sans air de barcarolle
 
Dans mes nuits
Rôdent de pâles vestales
Qui s’ennuient
D’envies monumentales                     
Elles divaguent divines  
A moitié dévêtues
Montrent leurs jambes fines
Comme un fruit défendu

Dans mes songes
Vivent des femmes du monde
Qui allongent
Leurs mines pudibondes
Loin d’être des oies blanches
Elles quittent sous mes yeux
Leurs habits du dimanche
Détachent leurs cheveux
 
            Elles me consolent 
            D’une vie sans idole
            Et je convole vole                    
            Avec mes idées folles
            Elles me consolent
            D’une vie sans atoll
            D’une vie trop près du sol
            Sans air de barcarolle
 
Dans mes nuits moi j'envie
Dans mes nuits moi …je vis…       P
Dans mes nuits…….j'envie
Je vis…
 
Dans mes nuits …. écartalates
Y'a des jambes… délicates
Ecarlates..; délicates
 
 
 
 

Laisser un commentaire